Réponse à Oumar Ould Beibacar : On ne s’improvise pas historien !

19/03/2019

image

J’ai un grand respect pour Oumar Ould Beibacar, mais son article – si l’on peut l’appeler ainsi, est truffé d’inexactitudes et d’anachronismes historiques. Je ne reviendrai pas sur tous les points controversés qu’il a avancés. Le lecteur intéressé pourra lire avec fruit la petite mais utile bibliographie que j’ai fournie à la fin de cette réponse. Son article a certes le mérite de chercher à établir des ponts entre les différentes communautés nationales mauritaniennes. Toutefois, il n’en reste pas moins qu’il pèche par sa légèreté et les nombreuses affirmations hasardeuses qu’il contient. L’auteur pouvait bel et bien évoquer les liens symbiotiques et historiques entre les différentes populations sans chercher à enlever les rôles historiques aux uns pour les attribuer aux autres. Les lieux communs ne peuvent pas tenir lieu d’histoire.

  Rien que le fait de situer la fondation du Tekrour au milieu du 19e siècle témoigne du caractère hasardeux de l’argumentaire. Je dois aussi souligner que l’attribution de la chute de l’empire de Ghana (Wagadu) aux Almoravides a été magistralement remise en cause à la suite des travaux des Professeurs Abdoulaye Bathily et d’Oumar Kane, mais également à la suite de la belle thèse de feu Le Docteur Abdourahmane Bâ, prématurément arraché à l’affection à la communauté universitaire. L’arrivée des Almoravides dans cette localité a trouvé que l’empire en question végétait déjà à la suite des guerres fratricides et des péjorations des conditions climatiques. En réalité, les causes principales de la chute de cet empire ne sont pas imputables aux Almoravides, mais aux guerres intestines et aux péjorations des conditions climatiques. J’avais eu les mêmes démêlés avec feu Le Professeur Pierre Bonte à ce sujet lors d’un colloque ici à Paris V parce qu’il continuait à divulguer cette thèse dans les universités françaises. Quand il a voulu minimiser l’apport de l’école historique de Dakar à la remise en question de cette thèse controversée, je lui ai dit droit dans les yeux qu’il était un ethnologue et non un historien et qu’en conséquence il devait arrêter à faire des affirmations approximatives de cette nature. J’ajoutais que s’il avait le droit de s’en tenir à son « terrain maure », il n’avait pas à venir déverser sur les autres les informations qu’il tirait sous les tentes où il prenait du thé avec ses informateurs et qu’un scientifique devrait avoir comme souci impérieux de vérifier et de confronter rigoureusement les sources.


S’agissant de la question de l’Islamisation de l’empire de Ghana, là également, Le Colonel Oumar Ould Beibacar prend, sans citer une seule source, le contrepied de ce que les meilleurs spécialistes de la question et de la région ont écrit de façon circonstanciée et documentée. La thèse selon laquelle le Wagadu-Ghana avait été islamisé par les Almoravides a pendant longtemps prévalu dans les travaux alors qu’elle était fondée sur des sources controversées produites par des géographes arabes, dont la plupart n’avaient jamais mis pied dans la région, mais se contentaient de faire leurs travaux de synthèse à partir des sources de seconde main, sources très décriées en Histoire. Parmi ces auteurs, il y avait Ibn Khaldoun qui avait vécu au 14e siècle (1332-1406), c’est-à-dire quelques siècles après la disparition de Wagadu-Ghana. C’est ainsi que des historiens de l’école historique de Dakar, après confrontation des sources écrites et orales, mais aussi après une analyse rigoureuse du contexte de production des sources en question se sont inscrits en faux contre cette thèse. Selon tous les spécialistes cités plus haut et dont les travaux sont dans la bibliographie que j’ai fournie à la fin de cette rapide réflexion, l’Islamisation de cet empire est antérieure à l’arrivée des Almoravides. Cheikh Moussa Kamara et Oumar Kane parlent même de l’arrivée des 11 familles soninkées (parmi lesquelles : Sakho (Sako), Tuure (Touré), Barro, Diako, Doucké, Kébé, Gassamma, Talla, etc) islamisées en provenance de l’empire de Ghana dans la région du Fouta Toro. Ces familles ont largement contribué à la diffusion de l’Islam dans cette région. Elles étaient composées des marabouts-jula. Oumar Kane, poussant l’analyse plus loin, affirmait même que les mots njuulu et julde viennent du mot Jula (soninké). Il ajoute que le takande dow et takande less (taxande en soninké) pour parler des différentes parties du Coran, Kanmu (ciel), sallifana (la prière du dhor) viennent du soninké grâce à la place importante que les Julas (marabouts marchands soninkés) dans la diffusion de l’Islam dans la... à suivre

image

Mauritanie. Soutiens à Ghazouani: ambiance de fin de règne et retour des vieux réflexes

18/03/2019


                                                    &n... à suivre

image

Mauritanie-Terrorisme : La menace plane toujours selon le Quai d’Orsay

18/03/2019

Mauritanie-Terrorisme : La menace plane toujours selon le Quai d’Orsay

                                ...à suivre

image

Echec de la candidature unique de l’AEOD : Le ver était dans le fruit ?

13/03/2019

Echec de la candidature unique de l’AEOD : Le ver était dans le fruit ?


Le Calame - L’opposition mauritanienne n’a pas réussi &ag... à suivre

image

Algérie: Bouteflika renonce à briguer un 5e mandat, le scrutin reporté

11/03/2019

                                    

                &nb... à suivre