Mauritanie : Ould Ghazouani zappe les leaders de la vallée

15/10/2019

              

                                                                                                                                                           

                                        Kassataya - Les observateurs sont surpris du silence abasourdissant qui entoure l’invitation au moins d’un leader de la vallée par le président mauritanien.

Plus d’une semaine après ses entretiens avec Ould Boubacar ce zapping présidentiel est considéré par l’opinion publique comme une atteinte à l’unité nationale et à la cohésion sociale. En tournant le dos aux partis afro-mauritaniens le président mauritanien compromet le dialogue politique en perspective avec l’opposition durant son quinquennat. La normalisation en cours apparaît ainsi comme un saupoudrage à l’unité nationale et une fuite en avant dans la résolution de la cohabitation.

C’est un retour à la diabolisation du leader Ibrahima Sarr qui dirige aujourd’hui le seul parti reconnu parmi les leaders de la coalition VE, l’AJD-MR qui s’est rapproché ces deux dernières années avec les FPC de Samba Thiam.

Sans doute cette union de forces patriotiques de la vallée est mal vue par l’entourage panarabe extrémiste du nouvel homme fort de Nouakchott.

L’initiative de recevoir les leaders des partis de l’opposition n’est pas mise en cause mais c’est la discrimination qui en découle. Pour preuve l’ancien premier ministre et candidat Ould Boubacar n’a pas de parti.

Deux poids deux mesures qui cachent une volonté du nouveau président à suivre les traces de ses prédécesseurs. La stigmatisation de la coalition VE durant la crise post-électorale est édifiante à cet égard.

Les observateurs s’interrogent sur l’absence de jugement de plus d’une dizaine de militants et sympathisants prisonniers dans la vallée dont en première ligne l’instituteur Ghali Sall originaire de Lixeiba.

Alors que le dossier de la poursuite judiciaire de l’opposant exilé Bouamatou sera définitivement levée avant le 28 novembre prochain. Une grande tache noire sur les premiers mois de gouvernance qui risque d’aggraver la double fracture nationale et sociale.

En zappant les leaders de la coalition VE Ould Ghazouani s’attire davantage d’ennemis. Et cette posture est en contradiction avec la déclaration qu’il est le président de tous les mauritaniens. Une atteinte à la cohésion sociale qui ne présagera rien de bon pour le pays d’ici 5 ans.

  Cherif Kane 

Lus: 476