Notre monde doit faire parler de sa fibre humaine en période de covid

21/04/2020

 La guerre au virus nous ramène aux grandes épreuves des siècles passés et redonne aux dirigeants politique leur rôle premier, qu’est gouverner, décider, reformer, etc. 

Face à une urgence sanitaire, économique, sociale, notre monde doit faire parler de sa fibre humaine, il doit faire parler de son intelligence vis-à-vis des prises des décisions pour paraphraser Idriss ABERKANE

L’heure est grave pour ne pas dire le chaos, certaines activités sont bloquées et d’aucuns ne parlent d’une récession catastrophique, nos économies s’effondrent de plus en plus, on parle des millions de chômages techniques dans le monde à cause de cette pandémie, oui l’heure est grave comme le disait le président sénégalais. 

Les philanthropes du monde entier débloquent des millions voire même des milliards pour contribuer à la lutte (endiguer) contre cette pandémie, qui fait des milliers de morts dans le monde.

Certains présidents de certains pays comme le Mali, le Burkina renoncent à leurs salaires pour riposter contre notre seul ennemi du moment, un geste à saluer de passage. 

 Notre monde est conscient que nous avons un seul ennemi en commun, et nous devons tous nous serrer les coudes pour le terrasser, sauf que dans nos actions ça ne passe pas tout à fait comme ça, je dirais qu’il y a toujours de l’antagonisme dans nos paroles et actions. 

Tout récemment j’ai lu un article de la tribune des lecteurs sur la spéculation des fraudes aux produits alimentaires et des produits pharmaceutiques, des gants, des gels, des tonnes de farines, des quintaux des légumes secs ont été détourné en Algérie  et c’est malheureux   ; je cite :       

  « Dans le cadre de la lutte contre la spéculation , le monopole et la fraude dans les produits alimentaires de large consommation et les produits pharmaceutique et dans le souci de mettre fin à ces pratiques criminelles des personnes  exploitant la conjoncture actuelle, à savoir la propagation du convid 19, les unités de la gendarmerie nationale ont réussi,  à traiter 153  affaires et arrêter 160 personnes » . 

En cette période, notre modèle de décision doit être dans l’objectif de sauver le monde, sauver des vies, tout faire pour que le covid soit un mauvais souvenir, qu’on puisse dire d’ici quelques semaines, quelques mois, quelques jours le covid c’est du passé et c’est juste un mauvais souvenir, voilà le comportement et l’objectif que doit se fixer un vaillant humain en cette période difficile. Un écrivain Haïtien au nom de Jacques Roumain disait dans son ouvrage intitulé « Gouverneurs de la rosée »

     Chacun de nous est le carrefour de l’autre.

Nous invitons nos autorités à avoir encore plus de transparence et de bonne foi durant les opérations de distribution des denrées alimentaires, d’accentuer ces partages aux familles nécessiteuses mais aussi aux coins et aux recoins de nos villages et nos villes, et je reprends la célèbre expression :

           « Ne pas se limiter à la partie visible de l’iceberg ». 

En cette période indécise, voilà le moment propice pour que notre monde fasse parler de sa fibre humaine, et si nous sortons gagnant, le monde savourera ensemble, présidents, opposants, vendeurs à la sauvette, médecins, automobilistes, commerçants, étudiants, écoliers, imams, prêtres et j’en passe tous sortiront vainqueur. 

Nous vaincrons en agissant intelligemment, 

Nous vaincrons en se serrant les coudes,

Nous vaincrons en tuant le mal à sa racine,

Nous vaincrons en  marchant ensemble,

Nous vaincrons et nous vaincrons …

Souleymane Mangassouba dit Jules.






Lus: 3320