Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

L’interview de Mohamed Ould Abdel Aziz à RFI n’assure pas qu’il partira en 2019


nombre de lecture: 538


17/04/2017

Atlasinfo - A croire Mohamed Ould Abdel Aziz dans sa récente interview accordée à Radio France internationale (RFI), il est bien officiel au sommet de l’Etat cette fois-ci, plus aucun troubadour du pouvoir ne pourra le nier ; que les terroristes (ALQAÏDA, AQMI, Etat Islamique (EI), Ansar-dine) etc…. sont tolérés par le pouvoir.

Raison invoquée par le putschiste Ould Abdel Aziz : ils seraient plus Mauritaniens que les noirs qui ne posent pas de bombes ; particulièrement ces abolitionnistes et les militants des droits humains qui manifestent pacifiquement à main nue que le pouvoir réprime, torture et jette en prison pour purger des peines de 3 à 15 ans fermes.

A vrai dire, le pouvoir mauritanien n’a jamais fait front contre le terrorisme, au contraire, il se contente à faire des arrangements en dessous de table pour les assurer protection.

Voila comment la Mauritanie constitue la base arrière dans le Sahel depuis 2011, prête à exploser une fois le général sera chassé du pouvoir.

L’actuel ministre de la culture et de l’artisanat, porte parole du gouvernement Mauritanien, Mohamed Lemine Ould Cheikh n’est autre que le neveu de l’ex-bras droit de Ben Laden qui avait négocié avec le pouvoir Mauritanien le fameux pacte de non agression avec les filiales terroristes soi-disant Djihadistes dans le Sahel.

Chaque année, prévoyait ce pacte du diable, la Mauritanie devait verser une somme allant de 10 à 20 millions d’Euros aux petits soldats d’AQMI pour éviter les enlèvements de touristes, voila la sorte d’assurance vie contre les prises d’otage.

Diko Hanoune