Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

Convocation du Parlement: "le pouvoir viole la Constitution" (Déclaration/Coalition électorale de l’opposition)


nombre de lecture: 99


02/10/2018

 

FNDU - L’article 52 de la Constitution stipule ; « le parlement tient de plein droit deux sessions ordinaires au cours de chaque année. La première session ordinaire s’ouvre le premier jour ouvrable du mois d’octobre. La deuxième session s’ouvre le premier jour ouvrable du mois d’avril. La durée de chaque session ne peut dépasser quatre mois ». 

Nous venons de voir passer le premier jour ouvrable du mois d’octobre et les portes de l’assemblée restent closes. Cela constitue la preuve que le pouvoir en place continue de piétiner la loi et à prendre à la légère les institutions constitutionnelles.

Le pouvoir avait justifié l’organisation dans la précipitation des élections municipales, régionales et législatives qui viennent de se dérouler par la nécessité de respecter la constitution, en particulier la nécessité de respecter l’impératif d’ouverture de la session parlementaire le premier octobre. 

Aujourd’hui, que le pouvoir outrepasse les délais et viole donc la constitution, force est de constater que ses arguments étaient fallacieux et la précipitation dont il a fait preuve n’avait finalement pour objectif que l’usurpation du processus électoral, en organisant les élections dans des conditions lui permettant de les contrôler et de maitriser leurs résultats. 

De telles pratiques, auxquelles nous a habitué le pouvoir en place, justifient l’inquiétude qui s’empare de tous les mauritaniens attachés au sort du pays face aux violations flagrantes de la constitution par le pouvoir au profit de son agenda unilatéral et destructeur.

La coalition électorale de l'opposition démocratique ;

- Dénonce avec force la violation flagrante de la constitution par le pouvoir, à travers le refus d’ouvrir la session parlementaire conformément aux dispositions constitutionnelles ; 

- Rend le chef de l’Etat, en principe garant du respect de la constitution, responsable de ces violations constitutionnelles ;

- Lance un appel à toutes les forces patriotiques pour s’unir et se dresser fermement pour défendre la constitution qui représente la charte fondatrice de la nation et la garantie de la stabilité et la cohésion du pays.

Nouakchott 1er octobre 2018