Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

Genève : la Mauritanie épinglée par le Rapport de Philip Aston


nombre de lecture: 1124


11/06/2017

Le Courrier du Nord - Le gouvernement mauritanien a été épinglé à Genève par Philip Aston, Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme.

C’était au cours de son intervention, le 7 juin 2017 devant la 35ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Accablant pour la Mauritanie fut le Rapport de Philip Aston, Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, suite à la visite qu’il a effectuée en Mauritanie du 2 au 11 mai 2016.

Le rapport, présenté le 7 juin dernier devant la 35ème session du Conseil des droits de l’homme à Genève, souligne que les trois quart de la population mauritanienne vivent au-dessous du seuil de pauvreté, tout en mettant en relief l’exclusion des Haratines et des négro-mauritaniens des centres de décision politique et économique du pays.

«Les Haratines et les négro-africains sont pratiquement exclus de toutes les fonctions réelles de pouvoir, ainsi que de nombreux pans de la vie économique et sociale, ce qui les condamne de fait à la pauvreté » souligne le rapport. Le document soulève d’autres difficultés qui entravent la lutte contre la pauvreté.

Il souligne que «les droits économiques et sociaux ne sont pas suffisamment reconnus », mettant en exergue l’absence de données fiables correctement ventilées et le rétrécissement de l’espace dont jouit la société civile.

Ce rapport, largement commenté par plusieurs orateurs, a remporté l’adhésion de la majorité des membres du Conseil. La séance a été très houleuse, notamment de la part de la délégation mauritanienne, dont certains éléments s’en seraient donnés à des violences verbales pour fustiger le rapport de Philip Aston mais aussi à des actes physiques contre les représentants d’organisations mauritaniennes qui ont approuvé son travail.

Le commissaire mauritanien aux droits de l’Homme et à l’Action Humanitaire, Cheikh Tourade Ould Abdel Maleck ira jusqu’à qualifier de mensonger le document produit par le Rapporteur spécial. C’était au cours d’un panel qu’il a animé le 8 juin 2017, en présence du Directeur général de l’Agence Tadamoun, des conseillers du Premier ministre et des organisations de la société civile acquises à la cause du gouvernement.

En face d’elle, la délégation officielle avait dans son collimateur l’antiesclavagiste Boubacar Messaoud de SOS Esclaves, Salimata Lam du Forum national des droits de l’homme (Fonadh), le syndicaliste Samory Beye, Secrétaire général de la Confédération Libre des Travailleurs de Mauritanie (CLTM), mais aussi les activistes de l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) à l’image de Abidine Merzough ou ceux de l’Association des Haratines de Mauritanie à l’Extérieur (AHME) comme Dicko Hanoune.

Dans une interview qu’il a accordée à Dicko Hanoune, Samory Beye a soutenu que son groupe a réussi à remporter deux victoires à Genève. D’abord, il est parvenu à trainer la Mauritanie devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour interpellation, ce que la délégation dépêchée à Genève avait cherché à éviter à tout prix. La deuxième victoire selon lui, c’est l’acceptation de son intervention devant les membres du Conseil, alors qu’il n’était pas sur la liste des intervenants.

Cheikh Aïdara