Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

La Mauritanie interdit d’entrer sur son sol une délégation américaine de militants sur les droits civiques


nombre de lecture: 112


08/09/2017

Une source proche de SOS Esclaves, une organisation anti-esclavagiste mauritanienne, a confié que les autorités mauritaniennes ont décidé de refouler la délégation américaine composée de militants sur les droits civiques.

Une source contactée par Cridem à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique a fait état pour le moment d’"aucune confirmation" sur cette interdiction d’entrer en Mauritanie, précisant qu’elle informera la presse en "temps opportun".

Cette délégation américaine est arrivée ce vendredi 08 septembre, en début d’après-midi. C’est à leur arrivée à l’aéroport que leur interdiction d’entrer en Mauritanie leur a été signifié par la police.

La délégation américaine devait effectuer une visite en Mauritanie à compter de ce 8 septembre jusqu’au 15 septembre pour rencontrer les organisations mauritaniennes de défense des droits de l’Homme notamment celles qui militent dans le domaine de l’esclavage.

Parti les accueillir, le président de SOS Esclaves, Boubacar Ould Messaoud, s'est vu interdit par la police mauritanienne, de se rendre à l’aéroport Oum-Tounsi. Le président de SOS Esclaves était accompagné d’une dizaine de personnes, dont la député de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), Malouma Mint Bilal.

La délégation de ce groupe de militants américains sur les droits civiques est composée notamment du Professeur Jonathan Jackson, Porte-parole National, Rainbow PUSH Coalition et fils du Révérend Jesse Jackson, du Révérend Mitchell Johnson, Membre du Conseil d’Administration, the Abolition Institute, Lynda Lawrence, Membre du Conseil d’Administration, the Abolition Institute et Lauréat du prix 2017Aichana Abeid Boilil Award pour son plaidoyer contre l’esclavage en Mauritanie.

Cette délégation devrait quitter la Mauritanie d’ici le soir. Cette histoire rappelle celle de Tariq Ramadan refoulée presque dans les mêmes conditions, en juillet 2016.

Par Babacar Baye NDIAYE