Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

MAURITANIE : Le Pouvoir putschiste et l’opposition dos à dos sans l’avis des exclus de l’état civil.


nombre de lecture: 245


02/08/2017

Nul n’ignore depuis le putsch du 06 Aout 2008, la démagogie et les slogans fantaisistes du général Mohamed Ould Abdel Aziz dans sa volonté d’achat des consciences et d’endormissement du peuple Mauritanien dans toute sa catégorie sociale.

Force est à constater que les vraies victimes de sa politique de l’autruche sont aujourd’hui ceux ou celles ,à qui il veut voler leur identité, faute de pièces d’état civil à l’intérieur et à l’extérieur du pays par le biais de son enrôlement biométrique ciblé et méthodiquement étudié pour exclure tant de Mauritaniens sur le champ démographique et démocratique. Le référendum du 05 Aout 2017 que nous ferons échouer par nos moyens légaux et par notre détermination, est une belle illustration de l’exclusion d’un pan entier de Mauritaniens à l’intérieur et à l’extérieur du pays sur la volonté manifeste et antidémocratique du putschiste de Nouakchott , d’où le motif et l’acharnement de la gestion chaotique de l’état civil mauritanien prétextant aux yeux du monde entier , la fiabilité de l’actuel système mais en ne se ménageant guère de tuer « biométriquement » la moitié de la Mauritanie pour des raisons inavouées.

Comment alors chers militants et chers compatriotes, se précipiter à aller voter pour un scrutin dont la légitimité, la fiabilité, les enjeux, les contours, les buts, les objectifs et les conséquences nous échappent largement ?

N’est-il pas antidémocratique, anticonstitutionnelle, immorale et dangereux de priver la moitié d’un pays et plus précisément, une communauté entière, à ne pas s’acquitter de son devoir civil à travers la triche de l’état civil des Mauritaniens et d’une mainmise totale sur toute la sphère de l’état ?

A voir dans notre pays, le déferlement des mécontentements sans prendre en compte les raisons et l’origine de certains problèmes me font de temps à autre sourire et me donne de la rage à l’endroit de nos politiques qui savent pourtant, que tout préalable à une élection c’est à d’abord les conditions d’acquisition de l’état civil de tous les citoyens. Il est simplement à constater et à déplorer qu’une telle disposition n’est pas le cas en Mauritanie, le oui ou le non d’un référendum quel que soit le résultat est aux yeux de cette écrasante majorité électorale caduque et sans importance à leurs yeux. Le constat est certes positif dans cette période électorale que ceux qui ne se côtoyaient pas, les partis politiques, les mouvements, associations de la société civile qui étaient opposés et même ceux qui avaient aidé le putschiste à asseoir son règne, de s’unir, manifester et croiser le fer contre un coup d’état constitutionnel au bénéfice du peuple Mauritanien. C’est bien à leur honneur, pourvu que cela dur, pourvu que les calculs politiciens cessent face au danger de la nation et je dirai tant mieux malgré mes grandes inquiétudes et interrogations sur la moralité de la démarche de certains dinosaures politiques mauritaniens que je  ne citerai point pour des besoins et le respect de l’élan actuel et du stade de mobilisation, si cela doit être enfin le dernier rempart d’une longue traversée du désert . Je serai certainement optimiste mais jamais naïf sur l’issue mais qu’Allah chasse dans mon esprit  sur certaines appréhensions que j’ai du mal à me départir.

Je retiendrai de cette histoire Mauritanienne que véritablement tout problème, de l’est de l’ouest, du nord et du sud, est le problème de tout Mauritanien. Nous avons eu tort les uns et les autres de ne pas se mobiliser comme cela est le cas aujourd’hui sur tant de tares et de sujets dont l’esclavage, le racisme, l’éducation nationale, les concours claniques, le régionalisme, la corruption, les déportations, les tueries extrajudiciaires, les expropriations des terres, les ventes des écoles et des lieux publics, la gestion de la SNIM,le pillage de nos côtes, les fondations du fils du président, des écoles pour fils d’officiers , les tirs du fils du président …… et tant d’autres sujets qui auraient permis l’union sacré sans distinction de la peau ni de région mais hélas quel gâchis…., Je finirai pour dire peut être avec une petite lueur d’espoir ,à quelque chose malheur est bon, cette fois ci , essayons à tout prix, tous ensemble sans calculs d’aller jusqu’au bout et pensons à la Mauritanie, le pain viendra bien après . Bon vent à tous les Mauritaniens et Mauritaniennes pour faire échec à la dictature du général Mohamed Ould Abdel Aziz

Cheikhna Diaguily Tandia

Ce 02 Aout 2017