Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

Perquisitions et saisies chez N’Diaye et Ould Saïbott


nombre de lecture: 214


11/08/2018

 

 

 

 

Babacar Baye N’Diaye, webmaster de cridem et Mahmoudi Ould Saïbott, directeur de publication de Taqadoum arrêtés mercredi 8 aout, suite à une plainte de l’avocat Franco-mauritanien Jemal Ould Mohamed Taleb, qui estime avoir été diffamé dans un article publié le portail Cridem, vont sans doute passer leur seconde nuit au Commissariat Spécial de la Police Judiciaire. L’enquête préliminaire a déjà commencé avec les auditions des deux journalistes.
Jeudi après-midi, les deux journalistes ont  enfin été aperçus par leurs proches campant devant les locaux du CSPJ au moment où ils montaient dans les véhicules de police. Des perquisitions ont été effectuées au siège de Cridem à la Socogim Tevragh Zeïna et au domicile de Babacar à Teyarett ainsi que chez Ould Saïbott. Les policiers ont saisi des ordinateurs avant de revenir au CSPJ en compagnie de deux journalistes.
Les familles restées sans nouvelles dénoncent l’isolement dans lequel sont placés les deux hommes : « Nous ignorons tout sur sa situation, ni comment il est traité. Nous n’avons aucune certitude qu’il a pu recevoir les repas, les boissons et les médicaments que nous lui avons envoyés », a déclaré Mme Soya Watt épouse de Babacar.
Selon plusieurs témoins, le directeur de la rédaction de Cridem a été brutalisé  par les deux policiers en civil chargés de procéder à son arrestation pendant qu’il cherchait à savoir ce qu’il lui est reproché. Devant des spectateurs médusés, il a été neutralisé et menotté comme un vulgaire délinquant avant d’être embarqué illico presto dans la voiture banalisée et conduit au Commissariat Spécial de la Police Judiciaire. Ce qui  a suscité une onde de choc dans le milieu de la presse et au sein des proches du journaliste. Des vives inquiétudes sont ainsi nourries quant aux conditions de détention de N’Diaye.
Des journalistes et des défenseurs de droits de l’homme ainsi que les proches des deux journalistes ont manifesté jeudi soir leur soutien et leur solidarité agissante à N’Diaye et Ould Saïbott, lors d’un sit-in devant le CSPJ. Scandant «liberté !!!Liberté !!! les protestataires ont exigé la remise en liberté immédiate des deux journalistes et l’arrêt des poursuites à leur encontre.

Source le calame.info