Accueil
OCVIDH | Organisation Contre les Violations des Droits Humains|ADMIN
OCVIDH

Rosso/Education : Les responsables éducatifs constituent un frein à la scolarisation des enfants de certains villages, dixit le maire adjoint


nombre de lecture: 1054


13/03/2018

 

Tawary - Les écoles fondamentales des villages de M’Bareck Ndiaw «Djigueyne », Dar Essalam et Tariq Bedha dans le département de Rosso, la capitale du Trarza, sont sans enseignants depuis le début de l’année scolaire en cours, rapporte le maire adjoint de Rosso

Alors dans ces villages, des centaines d’enfants en âge de scolarité continuent à errer dans les rues, au moment, où, le gouvernement mauritanien a mis en place de nombreuses mesures dans le but d’améliorer les conditions d’éducation et d’accès à la scolarisation.

Ces localités disposent d’écoles équipées et que les enfants sont disponibles, mais c’est le Dren et l’inspecteur départemental qui constituent un frein devant la scolarisation de ces enfants innocents. Car, ils privilégient d’autres sous l’angle politique, dira M. Alpha Soulèye Bâ.

Et l’adjoint maire de préciser depuis que ces responsables de l’enseignement sont dans la wilaya, ces localités ne bénéficient d’enseignants qu’à trois semaines de la fermeture des classes pendant leurs services regorgent d’enseignants.

Ils préfèrent décharger ces instituteurs ou les détacher comme chargés de cours ou surveillants dans les établissements secondaires alors que le fondamental est une priorité.

Cette pratique négative s’est installée avec la nomination des présentes autorités de l’enseignement dans la ville, précise le maire adjoint de Rosso.

Cela fait une semaine qu’un enseignant bilingue est affecté à l’école de la localité de Tekch Cumba, pour prendre en charge des divisions pédagogiques réunies, ajoute la source. Ces écoliers ont perdu cinq mois de l’année scolaire alors qu’ils doivent suivre tout un programme, explique-t-il.

Alors en plus de la commune, de nombreuses associations et bonnes volontés agissent afin de leur procurer le minimum pour qu’ils puissent travailler (des stylos, des crayons, du papier…).

Bien que l’éducation soit une priorité nationale dans le pays, elle est encore loin de l’être sous les responsables actuels (DREN et IDEN) de Rosso.Ils ont fait de l'enseignement à Rosso un marché politique, précise Mr .

Depuis qu’ils sont là, le clientélisme s'est installé,a-t-il conclut.

Source Tawary Mauritanie