Organisation Contre les Violations des Droits Humains

(O.C.VI.D.H)

"J’ai été à Boutilimit. J’ai beaucoup appris là-bas" : Imam Dicko, «l’homme le plus influent» du Mali | Politique

publié par Ibnou Youssouf | Président d'honneur

"J’ai été à Boutilimit. J’ai beaucoup appris là-bas" : Imam Dicko, «l’homme le plus influent» du Mali



Apanews - (....) L’Imam, qui a dirigé le Haut Conseil islamique du Mali (HCIM) de janvier 2008 à avril 2019, est aujourd’hui considéré comme le « religieux le plus populaire et l’homme public malien le plus influent ».

Actuellement à la tête d’une Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko (Cmas), un groupe à mi-chemin entre l'action religieuse et la politique, l’Imam est de l’avis de tous l’un des rares hommes publics maliens dont l’avis est incontournable dans bien des domaines.

Ce natif de Tombouctou en 1954, issu d'une famille de lettrés musulmans, est le fils d'un érudit peul et d'une femme arabe appartenant à la très réputée tribu des Kountas, considérés comme les « dépositaires » de la voie soufie de la Kadririya dans le Grand Sahara et l'Afrique de l'Ouest.

Après un apprentissage initial du Coran et de la langue arabe auprès de sa famille et de grands maîtres de sa région natale au Mali, il se rend en Mauritanie alors qu'il a à peine seize ans. Installé à Boutilimit, petite cité en plein désert située à 150 kilomètres à l'est de Nouakchott, la capitale, il s'y inscrit à l'Institut des études islamiques, un établissement construit par la France, alors puissance coloniale, en 1956. C’est le premier établissement du genre fondé en Afrique de l'Ouest qui dispose a cette époque d'un double programme scolaire moderne et religieux. Cet institut, dont la réputation dépasse déjà largement la sous-région, accueillait des étudiants venant du monde entier, y compris des Occidentaux.

L’un d’entre-eux, un Français plus ou moins connu alors dans le monde du cinéma pour ses choix « bruts et sauvages » devient son ami : Serge Bard, rebaptisé Abdullah Siradj après sa conversion à l’Islam à la fin des années 1960 lors d’un voyage en Algérie. Fondateur du collectif « Zanzibar », Bard a déjà trois films à son actif : Ici et maintenant, en mars et avril 1968, Détruisez-vous (Le Fusil silencieux) et Fun and Games for Everyone, film dont Henri Alekan signe la photographie.

« J’étais très jeune. À l’époque, il n’y avait ni routes, ni transports, ni papiers d’identité. J’ai traversé toute la Mauritanie à l’ancienne. À la nomade. À dos de chameaux. J’ai été à Oualata, Nema, Timbedra, Aioun, Kiffa, et enfin Boutilimit. C’était magnifique. J’ai beaucoup appris là-bas. J’y ai rencontré de vrais maîtres mais aussi d’excellents élèves et étudiants dont je garde le meilleur des souvenirs comme mon ami français Abdulah Siradj ».

Après son séjour en Mauritanie, Mahmoud Dicko se rend en Arabie saoudite, où il s’inscrit à la célèbre université de Médine, considérée comme le grand centre de diffusion de l’Islam wahhabite. La doctrine officielle du royaume des Saoud. S’est-il converti à ce courant lors de ce séjour ?

L’Imam Dicko, qui par le passé s’était déclaré publiquement « wahhabite », ne le dit plus. Ses amis qui aiment rappeler son opposition « radicale à toute violence » préfèrent le décrire comme « un simple musulman » ou un « islamiste centriste ( c’est-à-dire modéré) sinon « un salafiste quiétiste comme tant d’autres de même obédience ».

APA-Bamako (Mali) Envoyé spécial : Lemine Ould M. Salem

LOS/id/te/APA

Nombre de lecture : 93