Carnet de voyage : Focus sur un diplomate exemplaire M. WAGUE Aliou, diplomate et humaniste

21/08/2019

image

    Sidi Ahmed Ould Jaafar - La diplomatie, cette institution dont la pratique met en œuvre la politique d'affaires étrangères, est l’une des plus anciennes marques de civilisation. Ses processus, ses détours et ses résultats conduisent à s’interroger sur sa nature et sur son sens.

Il s’agit de retrouver ses fondements et ses objectifs au-delà des mythes et des mystifications, des préjugés et des opinions, de découvrir ses fonctions dans les relations bilatérales et les enceintes multilatérales : l’information discrète, la négociation permanente, la dynamique de la représentation, la logique de la réciprocité et l’exigence de la reconnaissance.

Cette réflexion originale sur l’esprit de la diplomatie est documentée par des exemples historiques et contemporains, et illustrée par des figures de personnalités célèbres ou méconnues.

En s’appuyant sur la tradition de la pensée classique, elle analyse des processus de la pratique diplomatique dont elle identifie le sens et les conditions, et elle constitue une contribution à la philosophie de la diplomatie qui intéressera aussi bien les historiens que les philosophes, en même temps que les praticiens, diplomates et chefs d’entreprises.

Le métier de la diplomatie est une fonction à très haute responsabilité qui consiste à représenter l’Etat dans un pays étranger avec dynamisme, exigence, dignité et abnégation et à contribuer au rayonnement international de son pays.

A mon passage à Moscou le 20 Mai 2019, vers 9 heures du matin, en provenance de Novgorod, et comme mon hôtel n’était pas loin de la place rouge, je me suis permis une petite visite dans Moscou avant de continuer mon voyage le soir même à 20 heures pour Nouakchott. Je me rends à la place rouge qui grouillait de monde en ces temps plus ou moins cléments sur le plan climatique.

Et en voyant des groupes de jeunes d’origines étrangères, je me dirige vers eux dans l’intention de rencontrer, peut être, mes concitoyens mauritaniens.

Arrivé à la hauteur des groupes de jeunes, je commence à m’approcher tout en feignant de ne pas m’intéresser à eux pour éviter des craintes et/ou des méfiances. Une fois rapproché d’eux, je tente un coup de poker en lançant un « bonjour » timide.

L’un d’eux me répond par une phrase russe dont je retiens cette cacophonie « kak diela » qui me sera plus tard expliquée par « Comment ça va ». Certains me regardaient avec méfiance et d’autres prenaient tout simplement congé de moi comme si j’étais un pestiféré ou plutôt pour un espion à la solde du KGB. Je les interpelle en les rassurant que « je suis de passage à Moscou ! Je suis mauritanien, il n’y a pas lieu d’avoir peur. Je veux voir des étudiants ou compatriotes mauritaniens de passage en Russie.

Y en a-t-il parmi vous car je suis mauritanien aussi » C’est en ce moment là qu’un des « fuyards » revient sur ses pas et me dit « je suis mauritanien aussi et étudiant à Novgorod en génie mécanique » Je lui réponds, « ça alors, le hasard fait bien les choses. Je viens de Novgorod pour une conférence et je dois continuer sur Nouakchott ce soir même à 20 heures » Il me dit de l’attendre et qu’il reviendra avec des surprises.

Alors, pour une surprise, c’en était une : il est revenu avec cinq autres étudiants mauritaniens : deux arabo-berbères ou maures comme on le dit ici chez nous en Mauritanie et trois noirs mauritaniens.

Après s’être présentés à tour de rôle, commence une discussion à bâton rompu, entre autres, leur condition de vie d’étudiants, la question des bourses qui tardent souvent à venir, leur relation avec les russes, leur difficulté ou non à s’intégrer dans la société russe etc.

Je leur pose aussi des questions sur leur relation avec les services diplomatiques de notre pays à Moscou. De l’avis général, c’est une relation qui est à priori bonne avec notre représentation diplomatique mais ce qui est frappant, c’est un nom qui revient dans toutes les bouches et unanimement... à suivre

image

Ministre de la santé : "tout citoyen doit accéder aux services de santé"

19/08/2019


                                                    &n... à suivre

image

Mauritanie: les victimes de l'arnaque de Cheikh Ridha ne s'avouent pas vaincues

12/08/2019


                                                    &n...à suivre

image

Décès de Mme Aissata Kane, un "symbole de l’unité et de la fraternité", témoigne le président de la CNDH

11/08/2019


                                                    &n... à suivre

image

« Au cours de cinq années de détention, je n’ai vu le soleil que six fois », confie un blogueur mauritanien à Amnesty International

05/08/2019


                                                    &n... à suivre